"Dourlent ouvre grandes les fenêtres sur les rivages de la Bretagne et, avec plus d'insistance et d'intime connaissance, sur ceux de la Manche. Sa petite musique sur de grandes partitions retient alors l'attention. Les variations qu'il nous donne de la lumière -lumières si fugaces des bords de mer- sont autant de modulations que je ne peux m'empêcher de comparer aux fantaisies, caprices, variations qu'un musicien de jazz exprime en concert. Ce rapprochement n'est pas dû au hasard ni ne provient d'une image commode. C'est que Dourlent, lui-même, confie travailler avec un accompagnement musical ; ses bords de mer sont rarement la reproduction textuelle des choses vues. Ce naturalisme, il le laisse à d'autres. Le travail sur le motif est un point de départ, après quoi jouent l'inspiration, l'état d'esprit, l'humeur du moment. Avec, pour corollaire, cette tendance récurrente à l'abstraction. Ce qui expliquerait cette impression de lieux visités, familiers, dont Dourlent tire la quintessence." 

Extrait de la préface de Jean-Claude Lesage - "Quand s'ouvre l'horizon"

Galerie / Cliquez sur les toiles

EXPOSITION JACQUES DOURLENT EN SEPTEMBRE